Les entreprises frappent fort dans le sport

De nombreuses entreprises locales travaillent dans le monde du sport. Offrant un savoir-faire reconnu ou ayant de l’innovation à revendre, ces sociétés entretiennent à la fois l’esprit de compétition et de compétitivité.

Malterre invente le tapis d’escrime de demain

Dirigée par Patricia  et Laurent Malterre, l’entreprise éponyme de Moreuil n’a de cesse de se réinventer en concevant des produits toujours plus techniques. Dernier en date : un tissu innovant pour les tapis d’escrime.

Chez Malterre (une quinzaine de salariés), on a su résister à la crise essuyée par l’industrie textile. Ce que confirme son dirigeant Laurent Malterre : « Nous avons survécu en développant des réponses adaptées au marché, en partant de la demande des clients pour fabriquer des produits dont ils avaient réellement besoin. Nous tourner vers le paratextile a permis à l’entreprise de répondre à toutes sortes de demandes et d’élargir notre spectre de production. »

Un besoin mondial

C’est ainsi que Malterre est entrée en contact avec le club d’escrime d’Amiens, qui réfléchissait alors à améliorer leur tapis.

L’entreprise de Moreuil étant connue pour concevoir des solutions innovantes, les deux parties collaborent pour trouver le bon matériau. « Les escrimeurs jouent sur une piste conductrice, explique Laurent Malterre. Lorsqu’ils touchent le sol, la touche est neutralisée et un signal est émis. La solution que nous avons imaginée est simple : le tapis textile posé sur du PVC est tricoté en fil de cuivre, il a l’avantage d’être à la fois rigide et souple, tout en étant résistant et conducteur. »

Simple en apparence mais Malterre a mis quelques années à élaborer le procédé, pour une utilisation optimale. « C’est un produit compliqué, reconnaît le dirigeant, mais le besoin pour les clubs d’escrime a été clairement identifié. »

Ces tapis nouvelle génération sont achetés directement par les clubs, mais aussi par les ligues et les collectivités locales et la distribution a débuté en  Grande-Bretagne. « Les Allemands ont développé de nouvelles pistes selon un procédé différent et qui sont moins au point que les nôtres, sourit Laurent Malterre. Nous avons réussi à trouver une solution pour que les bords de pistes ne s’effilochent pas, avec un matériau plus souple, et moins cher. C’est certes un micro-marché mais qui répond à un besoin mondial, les débuts sont encourageants, le produit séduit de plus en plus. »

L’entreprise se veut optimiste pour 2017, plus de 200 pistes ont déjà été vendues, et Malterre table sur une hausse des ventes pour cette année.

Ets Malterre
Route de Thennes à Moreuil
Tél. 03 22 35 36 66

Cornilleau joue la carte de l’innovation

Leader européen sur le marché du ping-pong, Cornilleau exporte ses équipements dans 80 pays. Le secret de la réussite : une politique d’innovation constante.

« Cornilleau est structurée de telle sorte que l’entreprise ait les moyens d’innover dans de bonnes conditions. Et pour coller à la réalité du marché, nous menons régulièrement des enquêtes auprès des consommateurs et distributeurs », explique Cédric Corre, responsable Marketing & Communication.

Aux côtés des innovations pures et dures (comme la prochaine sortie de la raquette SOFTBAT, éco-conçue en partenariat avec Armor Lux), Cornilleau se fait un devoir de miser sur « l’amélioration continue », qui se traduit par des réflexions sur l’« expérience utilisateur » au sens large, mais aussi sur des aspects particuliers comme l’emballage des tables (le meilleur moyen de les protéger ou de les expédier).

Haute Technologie

« L’innovation passe par trois grands axes, poursuit Cédric Corre. L’amélioration des produits, ou comment faire toujours mieux – au niveau du design, de l’ergonomie, des notices, etc. - nous avons orchestré une refonte de notre gamme de tables de ping-pong extérieures en 2016, et sorti une gamme de tables Crossover avec des roues plus grandes et plus résistantes. Le second axe concerne les nouveaux produits pour nos clients habituels. Un exemple : recourir à de nouveaux matériaux particulièrement résistants nous a permis de développer la table PARK à destination de nos clients « Collectivités » équipant les espaces publics en libre accès. Nous sommes aussi attentifs à la personnalisation des produits, et nous apprêtons d’ailleurs à lancer une table en partenariat avec le PSG. Cornilleau mise enfin sur les nouvelles technologies pour des produits cette fois-ci à destination de nouveaux clients, afin de coller à l’évolution de la société, comme la table connectée et interactive « YOU PLAY » avec des cases lumineuses, aux ambiances multiples, installée dans un bar parisien du quartier Oberkampf, le Gossima. » 

Objectif de Cornilleau : faire des États-Unis son prochain levier de croissance en démocratisant la table de ping-pong extérieure.

www.cornilleau.com

CIT Dessaint : un centenaire à la pointe

A la tête d’une entreprise familiale au centenaire bien sonné, Philippe Dessaint ne se contente pas de suivre la tendance ou d’innover pour rester à niveau, il met un point d’honneur à se tenir à la pointe du progrès.

C’est dans les années 90 que le CIT Dessaint a amorcé son virage. Pour être compétitif, la manufacture de lingerie, spécialisée dans l’impression textile au fil des décennies se met à la sublimation. Une technique chimique qui permet de fondre l’encre dans le textile pour un rendu de couleur éclatant et inaltérable.

A l’époque, l’entreprise amiénoise se diversifie et débute dans le sport avec notamment les maillots de hockey et le cyclisme. Aujourd’hui, la liste des équipes de France et d’Europe que CIT habille est si longue que Philippe Dessaint en oublie lui-même lorsqu’il tente de les énumérer.

Mais c’est parce que son savoir-faire est unique. Dès lors qu’une couleur est un peu spéciale, c’est vers le CIT Dessaint que les donneurs d’ordre du textile français ont les yeux tournés…

Alors qu’il vient de sortir tous les maillots « partenaires » du championnat du Monde de hockey sur glace, il a également imprimé les tenues pour la Parade des 25 ans de Disneyland Paris ou celles d’un grand spectacle berlinois dont les costumes ont été dessinés par Jean-Paul Gaultier.

Des outils à la hauteur de l’exigence

Philippe Dessaint et son équipe ne se contentent pas d’imprimer, ils conseillent désormais les professionnels et les orientent vers les nouvelles générations de tissus qui remplacent avantageusement les polyamides. Et puis, pour proposer des couleurs toujours plus éclatantes, il vient d’investir dans une « imprimante » Panthera toute dernière génération. La machine qui imprime 8 couleurs et plus « seulement » 4 a été développée sur mesure. Le modèle est unique en Europe. Il est à Amiens.

CIT Dessaint
30-32 Rue Jean Moulin à Amiens
Tél. 03 22 95 32 98
citdessaint.com

Favoriser l’emploi des sportifs de haut niveau dans les entreprises

Embaucher des sportifs de haut-niveau pour faire rayonner son entreprise, c’est possible et on peut même bénéficier d’aides.

« Avoir un athlète dans son effectif, c’est un avantage », affirme Nathalie Bizet, cavalière handisport à Beauvais, cinq participations aux Jeux olympiques dont une médaille de bronze à Atlanta en 1996. Elle travaille pour la SNCF depuis 20 ans dans le cadre du dispositif « Athlètes SNCF ».

« Nous sommes des gagneurs et des compétiteurs. On nous qualifie régulièrement de collaborateurs exceptionnels. Ce que je sais, c’est que nous avons une bonne influence sur l’ensemble de l’équipe. Nous impulsons une dynamique et une envie de réussir naturellement. » La SNCF l’a compris et la première convention a été signée en 1982. 

A ce jour, la SNCF compte 31 athlètes dans son effectif et « se sert de notre image. Mais c’est normal. C’est gagnant/gagnant », conclut-elle. 

En écho, Vincent Bachet, hockeyeur amiénois - 269 sélections en équipe de France et 14 championnats du monde - témoigne : « J’ai eu la chance durant ma carrière de pouvoir travailler à la Caisse d’Epargne. Ensuite, j’ai intégré le programme « athlète et carrière » qu’Allianz voulait promouvoir et pour lequel elle embauchait des sportifs en fin de carrière. Aujourd’hui, je suis conseiller en gestion de patrimoine chez eux. Pour une entreprise, un athlète, c’est surtout un collaborateur qui a été formaté durant toute sa vie aux valeurs de travail, de discipline, d’humilité avec la capacité à savoir gérer un échec, à rebondir et à se remettre en question dans le respect des règles et de l’adversaire. C’est une richesse grâce à laquelle elle peut communiquer en interne et en externe. »

Des dispositifs méconnus

En dépit de ces avantages, en France, 4 sportifs de haut niveau sur 10 gagnent moins de 500 €. Des dispositifs existent dont le Pacte de performance, la convention d’insertion professionnelle ou d’aménagement de l’emploi pour faciliter l’embauche des sportifs de haut niveau par les entreprises mais ils sont parfois méconnus.

C’est pourquoi, dans le cadre de la Foire exposition de Picardie 2017 consacrée au sport, le Comité Régional Olympique et Sportif de Picardie, organise une conférence intitulée : « Comment faciliter l’employabilité des sportifs de haut-niveau par les entreprises pendant et après leur carrière ? ».

« Il s’agit d’un temps ressource pour les entreprises, explique Christophe Javaudin du CROS Picardie. En introduction, Claude Fauquet, Président du CROS Picardie dressera un état des lieux et rappellera, stats à l’appui, les enjeux d’un rapprochement entre le monde de l’entreprise et le monde du sport. Puis, nous serons très concrets sur les aides et compensations possibles et nous amènerons à la tribune plusieurs témoins qui parleront de leur expérience. A la fin de la conférence, nous allons mettre en place un temps d’échange et de mise en relation entre des sportifs ayant des projets professionnels et des entreprises qui seraient dans la salle. »

CROS de Picardie
30 Square Friant Les Quatre Chênes à Amiens
Tél. 03 22 41 43 43
picardie.franceolympique.com

Nos pépites sportives

- Kenny : en dix ans, la petite PME est passée leader sur le marché des spécialistes français des équipements de moto-cross. Basée sur l’Espace industriel Nord d’Amiens elle affiche un CA de 8 millions d’euros et exporte environ 40 % de sa production aux quatre coins du monde.

- Igol : ce fabricant français d'huile ou lubrifiant moteur, N°1 en France, pour les secteurs automobile, moto, industrie, BTP, machines agricoles, a développé une gamme de lubrifiants dédiée à la compétition automobile pour servir l’hyper performance des véhicules sportifs. Il est installé sur le pôle Jules-Verne à Boves.

- Polytan France (ex envirosport) : est spécialisée dans les surfaces sportives  pour le football, le tennis, l’athlétisme ou les gymnases. Cette entreprise amiénoise, aujourd’hui filiale d’un grand groupe allemand s’est fait remarquer en dotant les clubs de Lorient et Nancy de gazons synthétiques, une première dans le monde du football.

-Renovsport : l’entreprise Rénov’Sport implantée à Rubempré s’est forgée une solide réputation auprès des communes pour lesquelles elle installe des équipements sportifs, terrains multisports, tennis, clôtures sportives, jeux pour enfants, skateparks… Elle affiche un chiffre d’affaires de 2,8 millions d’euros et un portefeuille clients de 150 à 200 communes.

- Devismes sport : situé à Poulainville, ce magasin d’articles et d’équipements de sports et loisirs en gros n’aurait rien de particulier s’il ne s’était illustré en fournissant le club du PSG pour des armoires roulantes à ballon sur-mesure !

- Prosport (Intersport) : la petite entreprise qui a démarré à Dury a bien grandi avec aujourd’hui une trentaine de magasins sous l’enseigne Intersport dont une adresse mythique rue de Rivoli à Paris. Une entreprise qui mise sur son actionnariat particulier : la famille fondatrice et les cadres de Prosport avec un sens du collectif, en équipe !