La CCI imagine le parc d'activité de demain

Avec l’aménagement en cours du Bois planté II, le long de la D 1029 entre Amiens et Villers-Bretonneux, la CCI a décidé d’amorcer un virage à 180 degrés. Les neuf hectares du site - une trentaine de lots en cours de commercialisation - intègrent en effet la démarche REV 3.

REV 3, c’est un concept, théorisé par Jeremy Rifkin, essayiste américain, pour qui la troisième révolution industrielle passe par un affranchissement de tous aux énergies fossiles, par le développement conjugué des nouvelles technologies et de nouvelles sources d’énergie.

Objectif : changer les façons de vivre, de produire, de consommer, de se loger ou de se déplacer.

Une théorie reprise à son compte par le Conseil régional des Hauts-de-France et la CCI de Région, qui la met en pratique sur son territoire avec le concours des acteurs économiques de la grande Région.

Deux projets d’aménagement de parcs d’activités avancent à grands pas : l’un à Lille-Lesquin - porté par la CCI Grand Lille - Hauts de France - l’ autre aujourd’hui en phase opérationnelle à Amiens, sur le Bois planté II.

Quels avantages pour les entreprises ?

Gestion intelligente de l’énergie, production d’électricité par des ombrières photovoltaïques situées sur un parking mutualisé, espaces publics éclairés par candélabres à Led à intensité variable, espaces verts mellifères, privilège donné à la circulation douce, gestion des eaux de pluie par des noues auto épuratrices : le parc nouvelle génération se posera en vitrine de ce que sera la troisième révolution industrielle. Un environnement connecté, autosuffissant et vert.

Le cabinet Richez associés, chargé de l’aménagement de ce site pilote, a des arguments à faire valoir auprès des entreprises pour les convaincre de s’installer : l’image d’abord. « On a vu sur des aménagements précédents que, malgré un cahier des charges contraignant, les entreprises s’y sont pliées parce qu’elles y trouvent des avantages, y compris pour le bien de leur image », explique Elsa Forget, architecte et chef de projet.

L’acceptabilité de la dimension environnementale ensuite : « Les clients sont désormais prêts à marcher les 100 mètres qui vont séparer le parking mutualisé de l’entreprise ».

Avec un autre avantage à mettre au crédit d’un parking mutualisé : « Les entrepreneurs prennent conscience que du parking en moins, c’est du foncier en plus pour développer leur projet ou du foncier en moins à acquérir ».

L’affranchissement d’un bâtiment - total ou partiel - aux énergies fossiles, c’est aussi la garantie d’une stabilité du coût de l’énergie à long terme pour l’entreprise, qui doit ressortir gagnante de son investissement. Pour évaluer l’impact financier d’une adhésion à cette démarche REV 3, la Chambre de commerce et d’industrie a mis en place des partenariats avec des spécialistes techniques qui pourront gratuitement leur apporter des conseils sur le choix de leurs matériaux, de leurs aménagements extérieurs, de leurs systèmes de production d’énergie...

Libre cependant aux entreprises qui s’installeront de s’approprier la philosophie REV 3. Et d’intégrer cette démarche, dans la construction de leur bâtiment. REV 3 doit être vu finalement comme une incitation, une recommandation.

Un village TPE construit par la CCI verra le jour d’ici fin 2018 sur la zone du Bois planté II.

Avec huit cellules de 150 à 300 mètres carrés pour les entreprises. La partie bureaux (environ 200 m2 sur les 1 600 m² de bâti) de l’ensemble immobilier sera autosuffisante. L’énergie produite sur place sera auto-consommée et ne sera pas réinjectée dans le réseau électrique. Le circuit court par excellence. Les eaux de pluie seront collectées, une fleur solaire sera installée. Le lieu doit être un exemple et inciter d’autres entreprises du parc à franchir le cap.