Bonduelle et Terres et eaux : l’éco-attitude

Bonduelle, leader mondial de la transformation de légumes en conserves et surgelés, investit massivement pour réduire sa consommation. Employant 820 permanents et 850 saisonniers, l’unité d’Estrées-Mons a des besoins considérables en eau, elle utilise 3,5 à 4 millions de m3 par an. « Pour préserver le capital en eau, Bonduelle a construit une station d’épuration qui traite tous types d’eaux et les recycle. L’investissement est important, mais l’économie réalisée nous permet d’être compétitifs », expose Faïcel Baaziz, directeur de Bonduelle conserves.

f_baaziz c struy f_baaziz bonduelle
L’usine a réduit sa consommation de 30 % depuis cinq ans. Les gestes qui ont l’air anodins produisent aussi de grandes économies : l’installation d’un pistolet de nettoyage pour rincer les lignes et le recyclage des eaux de lavage pour  laver les sols a divisé la consommation d’eau par dix !

Par ailleurs le groupe a mis en place une nouvelle chambre froide pour produire du froid avec moitié moins d’électricité. Et pour stériliser les boîtes de converse, il va remplacer le gaz par de la vapeur : « Kogeban investit 64 millions pour nous fournir de la chaleur à partir de la biomasse », précise Faïcel Baaziz.

Le cercle vertueux s’étend jusqu’à l’approvisionnement en légumes chez les agriculteurs éco-responsables. Bonduelle est associé au groupe Delphy qui réunit huit grandes fermes performantes, ayant entamé une démarche pour démontrer, expérimenter les méthodes économes en phytosanitaires.

Terres et eaux, l’entreprise citoyenne

terres_et_eaux terres_et_eaux

Dédiée aux sports et aux loisirs de plein air, la marque se veut exemplaire sur les économies d’énergie et de matière. « Terres et eaux s’engage pour préserver les ressources naturelles », insiste le fondateur Thierry Mayolles.

À Boves, l’architecture du magasin illustre cet état d’esprit : édifié en acier et en bois, il est ouvert sur le paysage de la Somme. Un étang de 600m² alimenté par les eaux de pluie, sert à la fois pour la pêche et comme réserve d’eau pour les pompiers en cas de sinistre. Les eaux de toitures servent à nettoyer le sol. « À l’intérieur, on bénéficie de l’éclairage naturel », souligne le directeur Eric Crabé. Le magasin a reçu le label européen « green light » qui vise un éclairage performant en limitant les équipements et il n’utilise que des peintures à l’eau.

Les clients ont droit à un emballage en papier recyclé, c’est d’ailleurs le seul papier autorisé car la société réalise ses quinze campagnes de marketing annuelles par mail. Le tri des cartons, plastiques, piles et autres cartouches est assuré tous les jours, le parking est équipé de bennes et pour bien marquer les esprits, Terres et Eaux participe à l’opération « Somme propre », organisée les 3 et 4 mars par les fédérations de chasse et de pêche afin de débarrasser les champs des détritus qui y traînent.