Apprendre autrement

simu_sante-3 CHU Amiens-Picardie simu_sante-3

Apprendre ensemble pour soigner mieux, tel est le credo du centre au sein duquel la mise en situation est primordiale. Rien de tel que reproduire l’environnement de soins pour apprendre mieux. « Ce pôle de référence de formation initiale et continue des professionnels de santé sera doté d’un plateau de simulation partagé et interdisciplinaire à la pointe du progrès : équipements reproduisant fidèlement différents lieux de soins (domicile, cabinet médical, salle d’urgence, bloc opératoire, salle de naissance, radiothérapie…), de mannequins, notamment haute fidélité et d’équipements d’enregistrement vidéo des séquences de formation », liste Béatrice Jamault, coordinatrice des instituts de formation CHU. Les professionnels s’entraîneront en équipe à la prise en charge de situations médicales complexes et, via l’enregistrement vidéo des séquences d’apprentissage, analyseront en temps réel les processus décisionnels et les comportements en équipe et face au patient simulé.

Développement du e-learning

Enfin, des outils de e-learning seront créés pour développer la formation à distance des professionnels de santé. Le centre fédère toutes les professions et disciples de la santé, privés et publics. Il sera ouvert aux professionnels formés au CHU (étudiants des U.F.R. de médecine et de pharmacie, élèves des douze écoles et instituts de formation, centre d’enseignement et soins d’urgence) et à tout professionnel souhaitant bénéficier d’une formation en santé, sur place ou en e-learning. « Cela concerne en effet l’ensemble des professionnels de santé quel que soit leur mode d’exercice, des infirmiers ou kinésithérapeutes libéraux aux salariés en passant par les professionnels de la santé au travail, des PMI ou de l’éducation nationale », insiste Béatrice Jamault (à droite sur la photo).

simu_sante-2 CHU Amien s-Picardie simu_sante-2

Il s’agit aussi de s’ouvrir aux patients, aux aidants et aux associations de patients. Cela passe par une autonomisation des aidants, qu’il faut former aux gestes sensibles grâce à des jeux de rôle sur mannequins. Cela afin d’expliquer les gestes invasifs, de destresser et de permettre aux patients de rentrer plus tôt chez eux. « Nous allons recueillir les expériences des patients pour enrichir le jeu d’acteur, d’éléments concernant leurs maladies et handicaps et développer les échanges entre patients et soignants afin que chacun exprime ses attentes. Cela aussi est inédit », poursuit le docteur Christine Ammirati, responsable du projet, pour qui surtout il ne faut « pas de première fois sur une malade. »