Améliorer les conditions de travail

Chez Faiveley, 350 personnes fabriquent des systèmes de freins pour trains, TGV et autres tramways.

L'entreprise se développe sur un marché porteur. En usine, 90 % des éléments doivent être assemblés à la main. Le métier implique des gestes répétés et des charges lourdes. L’unité d’Amiens a mis tout en œuvre pour réduire les aspects pénibles suivant une méthode originale. Pour analyser la situation sur chaque ligne de production, Faiveley a associé les délégués du personnel et le comité d’hygiène et de sécurité, la direction des ressources humaines, l’infirmière et le CESTP-ARACT. Cette enquête n'est pas obligatoire, Faiveley s’y est contrainte par « éthique, pour offrir des conditions de travail favorables à la santé, à la sécurité et à la qualité de vie au travail », souligne le directeur du site, Guillaume Lucas.

g_lucas_fayveley c struy g lucas fayveley

Autre innovation : l’enquête prend en compte le parcours professionnel du salarié sur dix ans pour prévenir des soucis futurs insoupçonnés. Une fois les priorités définies, le groupe de travail a observé les salariés sur leur poste et a entendu leur avis sur les modifications préconisées, l’ergonomie, l’achat de matériel et la réorganisation de lignes d’assemblage. Enfin on a vérifié que ces décisions n’engendreraient pas d’autres risques...  « Ces aménagements ont entraîné une baisse des arrêts de travail et maladies professionnelles, le gain pour l’entreprise est réel », conclut Guillaume Lucas.

SPEE : le culte de la transparence

SPEE vient d’instaurer un plan d’intéressement du personnel : «C’est logique puisqu’ils sont compétents, motivés et autonomes sur le chantier », argumente Frédéric Boye, le directeur.

f_boye_SPEE c struy f boye SPEE

Il recrute. Avec 35 emplois, sa PME fait figure de Petit Poucet face à la concurrence des majors de l’eau et de l’environnement. Son chiffre d’affaires grimpe depuis 2001 et il recrute. « Tout doit être parfait, le client satisfait. En fin de chantier, il remplit une fiche. S’il porte un avis négatif, on y retourne, si une fuite apparaît, même six mois plus tard, j’y retourne moi-même. De bons rapports humains sont indispensables » ajoute-t-il.

SPEE ne fait pas de prospection. « Les clients viennent à nous. Cette philosophie nous permet de résister à la crise car nos clients sont fidèles, ils font confiance. Et j’ai le même respect vis-à-vis des employés.»

Le Service de proximité de l’eau et de l’environnement (SPEE) assure à moins d’une heure de route de Conty l’entretien régulier, sur les pompes et systèmes de traitement de l’eau que la société a installé ou dont elle assure la maintenance.